Un an après un premier voyage dans le Nord de la Calabre, me voici reparti tout au bout de la botte italienne, cette fois-ci sur la côte Sud, près du détroit de Messine, où les mers Tyrrhénienne et Ionienne. se rencontrent.

Après avoir atterri à l’aéroport international de Lamezia Terme, route pour la capitale régionale : Reggio Calabria. Entièrement détruite par un séisme en 1908, la ville est de construction récente. Elle possède néanmoins une charmante promenade en bord de mer ; et surtout son musée archéologique renferme les célèbres Bronze de Riace, statues grecques en bronze retrouvées au large du petit village calabrais de Riace, et parfaitement restaurées.

Pourquoi ce lien entre la Calabre et la Grèce antique ?
De par sa position stratégique qui permettait de contrôler le détroit de Messine, l’actuel territoire calabrais a subi plusieurs invasions. En particulier, les Grecs ont établi plusieurs colonies sur ses côtes. Plus tard, pour se protéger des attaques sarrasines, les habitants de ces colonies ont trouvé refuge dans les montagnes proches (les contreforts de l’actuel Parc National de l’Aspromonte).

L’isolement de ces populations a fait que, au fil des siècles, traditions et langue grecques ont perduré. Car oui, dans le Sud de la Calabre, la Grèce Antique n’est pas composée que de temples en ruine et de vestiges archéologiques : ici, on parle couramment le grec ancien !!!

Le village le plus représentatif de cette culture est Bova, classé parmi les Plus Beaux Villages d’Italie, et fièrement perché sur son éperon rocheux. Tout au bout d’une route tortueuse qui traverse des paysages magnifiques entre mers et montagnes, les habitants vous accueillent plus facilement avec un « Kalimera », qui remplace allègrement le « Buongiorno ».
Au coeur des ruelles médiévales, près de l’église orthodoxe, un musée est même dédié à la culture et à la langue grecques.

D’autres villages font fièrement perdurer cette tradition et méritent le détour : Pentedattilo, accroché au Monte Calvario (un chaos rocheux qui a la forme d’une main ouverte aux 5 doigts géants) ; ou encore Galliciano, surplombant la vallée de l’Amendolea, connue pour ses cultures de bergamote.

En résumé, la Calabre est une région italienne encore peu fréquentée par les touristes, qui mérite vraiment qu’on s’y arrête !