L’Italie dans les veines et le gout de la Dolce Vita…

Mes deux grandes mères s’appelaient Maria…commun Maria en Italie me direz-vous…mais les miennes, c’est différent….c’était les miennes ;o)
Ces deux Maria me chantaient « Quelle stradelle che tu mi vuoi far’…  ,  m’emmenaient au « merca’ » de Prade, manger des gelati à Fiera, me parlaient le patoi « pradarot’ ». En grandissant elles m’ont initiée au café sospeso, la Befana, Pasquetta, la passeggiata. Plus tard elles m’ont enseigné la recette du célèbre Tiramisù, des antipasti, del minestrone, des fagioli di Lamon et de polenta e crauti…et l’amour du pays,  n’a cessé de grandir.

Puis les voyages …  les merveilles de l’Italie autrement, encore plus grande, encore plus belle, les falaises et les « masi » fleuris des Dolomites, les villages de pêcheurs des Cinque Terre, l’histoire des Doges de Venise, les chapelles d’Orta, le Duomo de Firenze, la Piazza del Campo de Sienne, Spaccanapoli, Ercolano et Pompei, l’archipel des Eoliennes et le Stromboli, les eaux turquoises de Sardaigne, les Temples de Sicile, les volcans actifs… Chaque expérience a tatoué un souvenir.

Au delà des merveilles du pays, mes plus beaux tatouages sont ceux des vacances avec « i nonni».  Leur journée commençait par un café bien sûr ! Pas une capsule nespresso,… non, vous savez ce merveilleux café sorti de la moka Bialetti, celui qui laisse passer un peu de marc au fond de la tasse…celui dans lequel nous aimions mon frère et moi tremper un morceaux de sucre…CE café.

Puis, direction l’église où mamie communiait pendant que nous arpentions les contreforts du bâtiment, à la recherche d’un trésor. Tout près, LE toboggan…haut, usé, presque dangereux, mais tellement amusant !

Venait l’heure du « merca’ ». Seulement un producteur local qui nous vendait l’ « etto » de charcuterie ou fromage de montagne et quelques camions de beaux fruits et légumes, un mélange de couleurs et d’odeurs. Challenge était de repartir avec l’ « anguria » (pastèque) qui finirait au frais dans le bassin de la maison, avant de finir au fond de notre estomac.

Le journée se poursuivait dans les odeurs de sillure qui émanaient des nombreux ateliers des menuisiers et ébénistes, au bord des rivières limpides, sur des sentiers sauvages…

Enfin, le soir, nous suivions de loin les discussions des anciens assis autour d’une table ou sur des chaises posées devant la maison.

Il vous semble d’une autre époque mon discours ?

En fait, pas tant que ça…

L’Italie est un des rares pays très touristiques qui vit encore quotidiennement ses traditions, qui a su conserver la  « dolce vita », qui entretient tant bien que mal ses merveilles d’architecture et d’histoire … qui ne s’est pas encore laissé complètement envahir par la « vie 2.0».

Elle peut vous sembler en retard, mal organisée, parfois bruyante, mais n’est ce pas justement l’Italie qu’on aime ? Tous ces gens qui parlent fort, des bus qui klaxonnent, le linge qui pend aux fenêtres, de superbes monuments accolés à de vieux immeubles, des repas toujours un trop longs mais tellement savoureux et chaleureux, des panoramas  toujours à couper le souffle.

L’Italie est intemporelle, et sera toujours un incontournable. Alors laissez vous tenter par ses innombrables merveilles. Contactez Bell’Odissea pour un séjour sur mesure et personnalisé, nous nous occupons de tout pour vous : www.bellodissea.com